En raison des contraintes fluctuantes liées au COVID-19, chaque conférence est susceptible d'être modifiée, que ce soit par le lieu, la date, la capacité de la salle voir une annulation. La Société d'Astronomie de Nantes fait son possible pour maintenir ce cycle de conférences mais doit aussi répondre aux obligations réglementaires et des propriétaires des lieux. Nous vous conseillons de vérifier régulièrement notre site Internet pour avoir les dernières informations sur le déroulement des soirées.

Le port du masque sera obligatoire, chacun doit apporter le sien.

La préhistoire de l'Univers

par Suzy COLLIN

Conférence du Vendredi 22 janvier 1999 à 21 h, à la salle Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes (124 places)



On sait depuis une dizaine d'années que l'Univers abrite des astres très lointains ayant vécu dans un passe également lointain, un milliard d'années seulement après le Big Bang : les quasars. Il est pratiquement certain que ces derniers sont de gigantesques trous noirs et qu'ils brillent aussi longtemps qu'ils trouvent autour d'eux de la matière qu'ils aspirent. On pensait jusqu'à il y a peu de temps que les quasars étaient les astres les plus lointains et les plus anciens de l'Univers. Or, grâce au télescope Keck de dix mètres de diamètre récemment mis en service à Hawaï, actuellement le plus grand du monde, on a découvert des galaxies encore plus lointaines que les quasars ! Ces galaxies sont, comme notre Voie Lactée, faites de milliards d'étoiles, qui existaient déjà à une époque très reculée, et on ne désespère pas d'en trouver d'autres encore plus anciennes.
Quels sont donc les premiers objets formés dans l'Univers, les étoiles ou les trous noirs ? À quel moment ? Comment ont-ils pu se former dans un jeune Univers encore presque sans structure ? Y a-t-il une relation entre la formation de ces deux classes d'objets, comme on le pense ? On espère obtenir des réponses à ces grandes questions au début du XXIe siècle, grâce aux très grands télescopes comme le VLT au Chili et grâce à un futur télescope spatial de huit mètres de diamètre, le NGST, qui doit remplacer le télescope Hubble vers 2005.

Attention à la capacité limitée de la salle !